16.08.2019
Roche bâtiment n°2: montée en suivant la cadence

L’espace dédié à la logistique entre le bâtiment n°2 et la rue Grenzacherstrasse est étroit. Il s’agit d’un des plus grands défis pour les chefs de chantier Armin Looser de Marti Basel et Toni Würsch de Marti Zürich. Tout le matériel doit passer par ce goulet d’étranglement. Rien que pour l’armature des immenses dalles de fond, des camions ont livré chaque jour 120 tonnes d’acier, et ce pendant deux mois. En tout, près de 13 000 tonnes d’armature en acier sont montées. Depuis les immenses dalles de fonds jusqu’au rez-de-chaussée, près de 10 000 mètres cubes de béton ont été coulés. Au total 45 000 mètres cubes de béton seront utilisés pour la construction.

planification commune évite les difficultés

La préparation du travail est de plus en plus exigeante jour après jour. Alors qu’au-dessus tous les neuf à dix jours un étage est construit, les travailleurs installent déjà dans les sous-sols les installations techniques du bâtiment. Tout cela exige coordination et organisation. Le chef de chantier Armin Looser dit: «On ne peut pas se détendre, la planification du travail est décisive». C’est grâce à deux circonstances que l’équipe a pu prendre de l’avance sur le programme de construction. D’une part, l’équipe était déjà engagée dans la construction du bâtiment n°1 et connaît parfaitement le coffrage et le pare-brise. D’autre part, l’équipe de Marti Kader planifie le processus de construction avec la direction des travaux et les planificateurs. «On identifie rapidement d’éventuelles difficultés dans le processus de construction et peut ainsi avoir un impact direct en vue d’un processus de construction sans heurts», souligne Richard Mader, chef de la construction chez Marti Zürich.

Innovation dans la construction du pare-brise

Des escaliers mènent au pare-brise où les équipes de Marti Zürich et Marti Basel coulent le béton des plafonds. Le contremaître Stefan Däppen coordonne les travaux. L’expérience accumulée lors de la construction du bâtiment no 1 est prise en compte. «Sur nos conseils, le fournisseur de coffrages industriels Meva a optimisé les détails», indique Stefan Däppen, «les sabots de guidage qui soutiennent les éléments de la plaque peuvent s’ouvrir à présent». Ils peuvent être démontés et montés à nouveau plus haut, avant que les 64 éléments du pare-brise ne soient hissés d’un étage. Dans le pare-brise les hommes et le matériel sont protégés du vent, des intempéries et, enfin, des chutes. En dessous du pare-brise, des filets de protection assurent que rien ne tombe.

Etroitesse dans le coffrage hydraulique

Plus on monte, plus c’est étroit. On accède au coffrage auto-grimpant par une échelle: un poste de travail en hauteur. A proximité, le bâtiment no 1 s’élève dans le ciel bleu. A l’intérieur et sur le coffrage auto-grimpant travaillent les hommes de Marti. Une poutre de couplage d’un poids de près cinq tonnes pivote sous la grue et disparait dans le coffrage. La poutre armée relie les noyaux, l’épine dorsale de la tour. En cas de tremblement de terre, elles absorbent l’énergie des «zones de déformation». Renforcer, poser le coffrage, couler le béton, grimper. C’est à cette cadence que l’on monte, un étage après l’autre. Le bâtiment no 2, avec ses 205 mètres de haut, dépassera de 30 mètres le bâtiment n°1 et sera ainsi le bâtiment le plus haut de Suisse.

Plus d'Infos (en allemand):

protection antisismique

Coffrage auto-grimpant

Pare-brise

 
Marti Gruppe
Seedorffeldstrasse 21
3302 Moosseedorf
+41 31 388 75 75

IT-Support